Culture, Littérature

Vent en rafales, Taslima NASREEN.

C’est temps ci, il fait très chaud, mais cela n’empêche pas qu’il y ait des vents en rafales. Taslima Nasreen en provoqua plus d’un avec ses écrits. AU NIVEAU INTERNATIONAL.

vent-en-rafales---recit-14258-250-400

Née à Bengladesh, la petite Taslima grandit dans un milieu où l’art, la musique et l’écriture n’avaient pas de place.  On ne jurait que par la violence, la discrimination, le machisme. Et curieuse qu’elle était, elle ne laissa pas sa liberté en dépendre.

Autobiographique, elle raconte une vie injuste saupoudrée d’un soupçon de liberté. Elle raconte une enfance agrémentée d’aventures et de découvertes de la vie. Quant à sa jeunesse, elle était étouffée : On lui interdisait les droits d’un être humain. C’est des sentiments universels que raconte Taslima. Elle compare  le monde tel qu’il devrait être avec la vie que ses proches ont connu.  Elle y déplore le fait que son père glorifie la réussite de son fils en trouvant évident  l’excellence de sa fille.  Elle s’évade alors dans ses lectures, l’art et ses études.

En tout et pour tout, Taslima rend hommage à toutes ses femmes et leurs importances. Pour elle, elles méritent d’être traitées bien mieux dans ce monde, et elle a raison.

« Les faiblesses des hommes font la force des femmes. » Voltaire