Sport

Sportifs algériens : Qui sont ils ? Qu’ont-ils ? et Que veulent ils ?

Sportifs algériens : Qui sont ils ? Qu’ont-ils ? et Que veulent ils ?

Le sport ; plus qu’une philosophie ; un épanouissement des jeunes, une dépense d’énergie et une contribution à l’aide du développement  de l’enfant et de l’adolescent ainsi que  donner le goût de l’effort et confiance en soi,  et faire partager les valeurs fondamentales de la vie en groupe : respect des autres, solidarité, générosité, tolérance et esprit d’équipe…

Parmi les sportifs algériens nous avons rencontré quelques uns pour avoir leurs avis, de ce que leur offre l’Algérie et de quoi ont-ils besoin, nous vous présentons leurs témoignages.

» Benaîssa Mehdi : [Footballeur]

j’ai commencé le sport étant très jeune, a l’âge de 5 ans , j’étais attiré par le Karaté-Do ( j’avais 4 cousins qui le pratiquaient ) mais j’aimais tout de même le football. Le jour de mon inscription, ma mère était venu avec moi, le gars a l’entrée du complexe lui demande la discipline que j’allais pratiquer , Ma mère répondit : Football ; et depuis , je pratiquai le football.
J’ai joué une année au CREPSM (maintenant centre sportif militaire a Benaknoun ) ,2 ans a l’ISTS,5 Ans a sonelgaz ( Benaknoun) ( 1année poussin +(2) Ecole+ (2) Benjamins )
Etoile Sportive BenAknoun ( 2 ans Minimes + 2Eme année cadets )
1ére année cadets j’avais arrêté le sport en club , j’ai tout de même continué a pratiquer avec un ami Football Club El biar ( 1 année Junior + 2éme année Junior ( cette année 2012-2013) ).
Voila , en résumé ma vie sportive , j’ai presque jamais arrêté le sport , qui m’a heureusement jamais causé de problèmes pour mes études , j’ai su m’organiser , même si cette année , j’ai baissé mon  volume horaire d’entrainement ( Etudes ) , mais je fais de mon mieux.

Quant aux conditions de travail :
On trouve ceux munis de terrains a pelouse synthétique ( en ce qui concerne le football ) , des salles fermés ou couverte (hand-ball , basket-ball ) , des pistes gommés ( athlétisme ) et a qui on offre tout les moyens qui rendent l’entrainement paisible et agréable : matériel d’entrainement , transport , Bon encadrement , bonne nourriture , ..
Et d’autres qui en manquent de ces moyens, ceci croit tout en s’approchant des villes de l’intérieur du pays, les conditions sont meilleures dans les grandes agglomérations.
L’énorme et essentiel problème se situe dans le mauvais encadrement, car il en résulte d’un mauvais encadrement un mauvais groupe.
la vivacité de l’encadreur crée la bonne ambiance dans le groupe, sa compréhension envers de chaque membre de son équipe et sa complicité avec lui, fait accroitre la confiance en soi du sportif, les principes sur lesquelles l’encadreur forme son équipe , fait en sorte a ce que son équipe soit le reflet de sa personnalité , un vrai encadreur c’est un entraineur qui pose les règles , donne l’exemple et qui communique avec ses joueurs ou athlètes , fait de ses poulains des amis , un vrai encadreur est un encadreur pédagogue. (On trouve souvent des entraineurs incultes, qui ne cherchent que d’après le résultat quitte a former qu’une bande d’athlètes incultes et qui n’ont aucun sens de fair-play, d’éducation ou de relations sociales , pas même une caractéristique d’un sportif mais qui se doit d’accomplir qu’un seul objectif : gagner , quitte a perdre toutes les valeurs humaines)

Melle T : [Handballeuse]

J’ai fait de la danse classique puis je me suis tournée vers le karaté (qui est totalement le contraire) pour finir au hand comme toute ma famille  et puis le hand est le sport qui m’a le plus convenu.
Je pense que si le niveau n’est pas à la hauteur des espérances ;la faute est à la formation qui à pour but de gagner au lieu d’apprendre aux jeunes les fondamentaux.
En plus de ça les infrastructures sportives ne sont pas encourageantes (jouer sur un terrain de goudron ne donne pas envie autant qu’une jolie salle) et finalement chez nous mis à part le foot les sports n’ont pas une grande importance.

 

Chems-dinne DAHO [Nageur]


          Le sport de haut niveau a connu depuis l’indépendance du pays des hauts et des bas, surtout des bas, et d’ailleurs les résultats internationaux de différentes sélections le montrent.  La natation algérienne pour être bref et clair se noie et n’arrive pas à sortir la tête de l’eau  si je peux dire et cela est dû a de nombreux facteurs, parmi eux :

  1. Le manque d’infrastructures et de moyens qui jouent un rôle majeur, car on ne peut obtenir des résultats positifs attendu par nos athlète si on ne peut doter ces derniers de tout les moyens et matériels nécessaires a leur entrainement.
  2. Une formation incomplète et qui souffre même de carence alors que l’on sait qu’une bonne formation est la base de la réussite dans le sport
  3. L’immense popularité du foot bal en Algérie qui fait de l’ombre aux  autres sports tel que la natation.
  4. L’inaccessibilité des jeunes algériens a la pratique de la natation car elle est considéré et vue par la plupart comme étant un sport de riche.
  5. Un emploie du temps inapproprié a nos jeunes athlètes qui se trouve par la suite divisé entre sport et étude
  6. Les problèmes internes que connait la FAN qui trouve du mal à établir un programme spécifique qui convient le mieux a nos athlètes.

Nassim Guerroumi[Basketteur]

J’ai commencé le sport a l’âge de 5 ans, c’était surtout un moyen de connaitre des garçons de mon âge me défouler..Etc. mais à l’âge de 7 ans je me suis engagé avec le club N.R.M.Harrach se fut un des moments les plus marquants dans ma vie c’était un changement globale dans ma vie j’ai connu énormément de monde en peu de temps le contacte entraineur/sportif était tout aussi nouveau pour moi l’apprentissage en école se faisait sous forme de plusieurs jeux. Bon, en Algérie les écoles de sports, les centres de formations dans plusieurs disciplines sont les clubs qui ont beaucoup d’argent … je cite le GSP (groupe sportive pétrolier ex.MCA) USMA..etc. beaucoup (pour ne pas dire la plus part) vous les retrouvez dans les rangs de l’équipe national A en parallèle vous trouvez les clubs des communes avec peu de moyen moi même j’ai joué pour la commune d’el Harrach parfois on partait a 12 dans une fourgonnette jouer un match un vendredi matin sous la pluie je ne sais ou et on revenez en courant d’Alger centre a el Harrach, oui l’Algérie fournit un certain budget pour les clubs mais non seulement il n’est pas suffisant mais ce n’est pas contrôlé !! La bourse du manger de chaque athlète elle est partagée entre les dirigeants • « chkoune i chouf ? » y a que rebi li rahou i hasseb • et nous on crevait de faim on se nourrissait de l’amour du jeu quand on est jeune ça passe mais moi même qui a reçu une offre de jouer en Senior cette année je ne pouvais accepter non seulement c’était impossible pour mes études mais je ne pouvais pas jouer a un stade où un adversaire toucher une prime de match et moi et mes coéquipiers ont revenait bredouillent c’est dommage mais quand on joue en pro, le minimum doit être présent.