Talents

Sofiane Bulle-askri : des bulles et des histoires.

La bande dessinée vous passionne t-elle ? Vous aimez lire le contenu des bulles ? 

Nous allons vous présenter quelqu’un à votre goût, et de plus ; lui il vous la crée ! 

Découvrons ensemble Sofiane Belaskri

✎ Qui est Sofiane Belaskri ?

C’est un jeune algérien (d’Oran plus exactement ), étudiant en master génie civil, auteur de bandes dessinées et passionné par cet art également !

 

 Sofiane Belaskri-DZgen

✎ Comment avez-vous découvert votre passion pour la BD ?

Depuis tout petit je dessinais mes  » Mikiyette  » favoris, et vers l’âge de 13 ans, grâce à un ami qui avait ramené des tomes de Dragon Ball de France j’ai découvert que la plupart des dessins animés que je regardais étaient adaptés à partir de ce qu’on appelle la BD.

SofianeBelaskri

 

 ✎ Plus jeune, dessiniez-vous tout ce que vous voyez ?

Non, que mes dessins animés favoris !

 Pourquoi avez-vous choisi le titre de ‘’ Demain Inch’allah ‘’ pour votre BD ?

Pour mon dernier album BD,  le titre était « Demain inch’allah », je ne sais pas exactement pourquoi ce titre mais je me suis dit que quand le genre de problèmes qui étaient arrivés à Réda (personnage principal de la BD ) nous tombent subitement dessus, on n’a qu’à souhaiter que demain inchallah tout se réglera et sera comme avant !

Lien pour lire la BD : Ici

DemainInchallah-SofianeBelaskri

✎ Pourquoi avez-vous spécialement choisi l’histoire de Réda ?

Bah, c’est une histoire imaginaire avec certains faits réels, l’histoire de Réda je ne l’ai pas choisie mais je l’ai créée et c’est venu comme ça, en pensant à un scénario à mettre en bande dessinée.

✎  Qui sont les bédéistes qui vous inspirent-ils le plus ?

Beaucoup de bédéistes m’ont inspiré. Certains avec leur style graphique et d’autres avec leurs histoires, mais les deux mangakas qui m’ont vraiment inspirés ces dernières années sont Naoki Urasawa (l’auteur de » Monster » ,  »20th Century Boys » …) et Jiro Taniguchi (l’auteur de  » Quartier lointain »,  »L’homme qui marche » … )
10415647_667497603343115_1167478225207836625_n

✎ Le FIBDA était quel genre d’expérience pour vous ?

Que dire du Fibda, c’est un festival qui a ses biens et des choses qu’il doit réviser ! Mais grâce au Fibda j’ai pu vraiment entrer dans l’univers et l’entourage vivant de la BD grâce aux rencontres avec des auteurs nationaux et internationaux, les ventes dédicacées et la rencontre de nos lecteurs ; mais le Fibda c’est surtout une sorte de vitrine qui nous permet d’exposer notre travail loin d’internet !

✎ Vous avez eu une excellente idée d’écrire une BD en arabe, allez-vous continuer dans cette langue ?

Au fait, pour la version arabe de ma BD, c’est l’éditeur qui décide de la traduire en Arabe ou pas et c’est aussi lui qui s’en occupe, je suis autodidacte et j’ai appris à faire de la BD en lisant des BD en Français, donc c’est difficile pour moi de dessiner dans le sens contraire (mais ça m’arrive parfois de le faire dans les deux langues comme pour El-Yamamah ! )

AlYamamah

 

✎ « J’avais un rêve ! » , » TASSILI  » et « El-Yamamah » , Comment choisissez-vous vos titres, et lequel vous a le plus marqué ? 

Oh les titres, la chose la plus difficile pour moi est d’en choisir un, je ne sais pas vraiment en fin de compte comment je le choisis mais ce que je sais, c’est que parfois je choisis le bon et parfois non ! Le titre qui m’a le plus marqué parmi ceux de mes BD est « Un harrag parmi tant d’autres ! « 

✎ Faites-vous vos dessins à la main ?

Sinon avec quoi ? lol ! vous voulez dire de manière traditionnelle sur papier ?  Oui ! je fais le crayonnais et l’encrage sur papier puis je scanne, et le reste comme la couleur ou les fonds en gris et les textes se font sur Photoshop !

✎ Comment voyez-vous l’avenir de la BD en Algérie ?

Il reste encore à faire pour que la BD soit une culture connue en Algérie, des auteurs talentueux y’en a, mais il reste beaucoup à faire : créer un marché, imposer la BD chez les libraires,la diffusion des albums à travers tout le territoire national et bien d’autres choses mais je dois dire qu’on est vraiment dans la bonne voie, et pour voir cela on n’ a qu’à comparer entre la première édition du Fibda et la dernière, on comprendra vite.

✎ Quels sont vos projets ?

J’ai commencé dernièrement à écrire une nouvelle histoire traitant le sujet des enfants de la rue et les troubles mentaux, mais je compte prendre mon temps pour la réaliser de plus que je prépare mon mémoire de fin d’études cette année.

210979_338541299572082_2096814414_o