Actu

SID ALI KOUIRET: un pilier du cinéma algérien, disparu.

Hier le monde du cinéma algérien a été percuté par une terrible nouvelle. SID ALI KOUIRET, l’un des plus grands piliers n’est plus. Il s’éteint à Alger le 05 avril 2015 après un long combat avec la maladie.

Un artiste aimé par tous, il a vécu une enfance difficile en commençant à faire de petits boulots à l’âge de 9 ans.

Il a été repéré par Mustapha Kateb avec qui il voyageait en Tunisie et en Europe. C’est en 1952 qu’il devient professionnel  puis signe avec la troupe municipale d’Alger dirigée par Mahieddine Bachetarzi.

Sid Ali a naturellement été l’ambassadeur du message du FLN, une partie non négligeable du combat contre le colon français.

Après l’indépendance, c’est une carrière brillante qui l’attend. Sid ali a interpreté des rôles aussi grands les uns que les autres, auprès des plus grands comme Fatiha Berber et Rouiched.

Quelques uns de ses plus grands films : L’Opium et le Bâton (1971),  L’Évasion de Hassan Terro (1974), Chronique des années de braise (1975), Le Retour de l’enfant prodigue (1976), Les Ambassadeurs (1977).

L’un de ses plus grands rôles était dans la pièce théâtrale Les enfants de la casbah.

Un artiste, un combattant, et même un moudjahid, Sid Ali Kouiret va laisser un grand vide sur la scène cinématographique algérienne. Il restera néanmoins dans le cœur de chacun, inimitable et irremplaçable, paix à son âme.

On vous laisse avec un documentaire réalisé sur sa vie il y a quelque mois seulement avec ses propres témoignage sur tout.

علي مات واقف