Talents

Quand l’âge ne se compare pas aux réalisations : Mehdi Elias Baba-Ameur – Violoncelliste

[checklist][/checklist]Mehdi Elias Baba-Ameur , jeune Violoncelliste qui n’a que 25 ans mais qui fait couler beaucoup d’encre, très talentueux,sachant comment faire parler son instrument le‘ Violoncelle. Cet artiste a accepté de répondre aujourd’hui à nos questions et de nous faire part de son histoire, ses débuts ainsi que ses projets.

 

✖ Comment votre passion a t-elle commencé ?

Tout jeune et à l’âge de 13 ans j’ai débuté au conservatoire central d’Alger en classe de violoncelle instrument que feu le docteur Mougari Boukhari ancien directeur de l’institut supérieur de musique, il me le conseilla et ce, vu mes aptitudes à manier cet instrument et n’hésita pas à m’incorporer à l’orchestre de musique de chambre du conservatoire, puis à l’orchestre des étudiants de l’INSM ensuite membre de l’orchestre professionnel du conservatoire avec les maestros ISSOLAH Mohamed et  HAROUN Rachid. A 16 ans j’étais le plus jeune musicien à être incorporé à l’orchestre symphonique national puis à l’orchestre de la Radio Télévision Algérienne (R.T.A). Par amour à la musique j’ai passé l’examen d’entrée à l’institut régional de formation musicale d’Alger dans lequel je fus à chaque année major de promotion. En parallèle j’ai commencé à passer des auditions avec l’orchestre des jeunes de la méditerranée (où je fus le seul algérien parmi 141 musiciens d’autres nationalités à faire parti de cet orchestre puis sélectionné avec l’orchestre Arab Youth Philarmonic et enfin le World Youth Orchestra, avec lequel je suis membre à ce jour. Vint ensuite ma bourse d’études en Italie dans le plus prestigieux conservatoire qui se nomme « Sanra Cecillia de Roma » dans lequel  je fus incorporé et fais partie de grands orchestres en Italie depuis 2007 à ce jour.

 Qu’avez vous réalisé ?

En 2010 j’ai accompagné la voix du Pape Benoit XVI avec l’orchestre symphonique de Londres paru dans un clip puis j’ai enregistré deux autres clips de musiques traditionnelles Algériennes du terroir de nos anciennes musiques très appréciées notamment par le public algérien (qui ne cesse de m’encourager et me féliciter).
En 2012 j’ai été choisi et désigné parmi tant d’autres musiciens de ma spécialité à interpréter en tant que soliste, accompagné par l’orchestre de Santa Cecilia. ce fut le jour le plus sacré pour moi de réaliser mon rêve, celui d’être un jour soliste.

 

 Quels sont vos projets ?

Tout d’abord achever mes études supérieures dans ma spécialité puis réaliser un quatrième clip qui paraîtra bientôt, cela rentrera dans un grand projet que j’ai déjà entamé, celui de réaliser un album de musiques traditionnelles de différents pays où les frontières n’existeront plus , c’est à dire un monde sans frontières.

Concernant la musique classique Algérienne (dite Andalouse) pour ne pas disparaître ,elle doit être sauvegardée en pensant à son écriture et son harmonisation pour cela, je réaliserai en hommage au grand violoniste Algérien Mohamed Mokhtari , une nouba  » Mezmoum  » (pour violoncelle solo et accompagnement) qu’il a admirablement interprété lors du 1er festival de musique classique à Alger en 1968 et il est resté le seul à le faire.

Mehdi Elias Baba-Ameur : La belle brune