Talents

Moncef Bachetarzi : la guitare, cet instrument fidèle qui ne le quitte jamais.

Cette semaine nous nous penchons vers la musique, et spécifiquement vers un instrument qui reste fidèle aux jeunes algériens ; la guitare. Découvrons sans plus attendre qui se cache derrière cet instrument.

  talent 1

Qui est Moncef ?

Je suis auteur-compositeur et je m’accompagne à la guitare acoustique la plupart du temps, trentenaire, je suis né à Alger, j’y vis et j’y travaille, avec ma femme, nous avons eu notre premier enfant et voilà maintenant plus d’un an depuis son arrivée que nous formons une belle petite famille, c’est dans ce brouhaha de bonne humeur que je compose et écris mes chansons.

Depuis quand pratiquez-vous la musique ?

J’ai commencé à gratter ma première guitare il y a maintenant à peu près une dizaine d’années, après avoir contemplé mon instrument préféré pendant des mois sur les pages de magazines spécialisés, on m’a offert ma première guitare sur laquelle j’ai gratté mes premiers accords.

talent 3

Pourquoi avoir choisi cet instrument et pas un autre ?

Le fait d’avoir choisi cet instrument n’est pas un hasard, j’écoutais pendant mon adolescence beaucoup de blues et de rock plus spécialement Dire Straits et Eric Clapton, internet se faisait timide à cette époque et l’écoute se faisait de ce fait rare, je me débrouillais alors les cassettes de mes artistes préférés à droite à gauche, la chanson qui m’a incité à choisir la guitare était le titre « Money for nothing » des dire Straits.

Que comptez-vous faire plus tard pour le développement de votre talent ?

L’album est enfin prêt et en attendant sa sortie prochaine, il y a déjà un single et un clip que vous pouvez visionner sur le net, pour plus tard, des lives sont en vue, la scène forge et forme un artiste, écrire encore plus de texte fait partie de mon développement personnel, côtoyer et jouer avec des musiciens me permettra d’améliorer mon jeu à la guitare.

Quel conseil donneriez-vous aux jeunes talents qui voudraient se lancer dans ce même domaine ?

Aux jeunes et même moins jeunes d’ailleurs je conseillerais de se donner à fond pour que le maximum de personnes écoutent, regardent, touchent, et lisent ce qu’ils font. Il existe maintenant plusieurs moyens de produire ce que l’on veut que ce soit par soi-même ou par des professionnels du métier, concernant la musique, un Pc plus une carte son et le tour est joué, on n’a pas besoin de millions de dinars pour s’auto-produire, et l’Algérie ne demande qu’à voir ce que l’on a dans le ventre.

talent cover

 

Un dernier mot ?

Restons soudés, nos raisons renoncent mais pas nos mémoires.

Suivez Moncef Bachetarzi sur sa page Facebook: Bachetarzi Moncef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *