Talents

MGDZ , la révélation du petit écran

MGDZ , la révélation du petit écran

Vous l’avez certainement vu sur youtube et vous ne l’avez surement pas raté dans la série buzz Bent Waled dans le rôle de Bibiche, cette jeune révélation du petit écran qui est parvenue à s’imposer ce mois de Ramadan en faisant rire grand et petit !

 Vous l’avez deviné : c’est le talentueux MGDZ

mgdz

 

1 – Pour commencer, dites-nous qui est MGDZ ?

 MGDZ sont les initiales de mon nom et prénom Merouane GUEROUABI et DZ pour désigner l’Algérie.

Merouane, jeune algérien de 25 ans, est né et a grandi à Alger, plus exactement au sacré cœur, l’humour et l’énergie ont toujours fait partie de moi et ce, depuis les petites classes d’ailleurs, j’avais souvent comme remarque : élève hyperactif.

J’ai choisi tout d’abord le foot plutôt que de me spécialiser dans les études que j’ai faites (Gestion et comptabilité), j’étais donc footballeur dans plusieurs équipes  ( Paradeau , l’USMA)  mais  toujours avec le même caractère humoristique .

J’ai malheureusement eu une blessure à l’épaule qui m’a éloigné du ballon.

Mon amour pour le cinéma quant à lui persistait toujours.

foot

2– Personnellement j’ai connu MGDZ depuis Ramadan passé,  un peu avec Anes Tina, ensuite avec quelques vidéos de vous en solo sur votre chaîne Youtube  qui compte plus de 17000 abonnés aujourd’hui ; parlez-nous de vos débuts  et de votre expérience avec Anes Tina et Dz Jocker !

Mes débuts  étaient avec Jil Fm où j’ai travaillé comme animateur  pendant plus d’une année, ensuite sur Nessma Tv dans ‘ le grand Sbitar’ 

Mais ça restait toujours loin de ce que je voulais et surtout de ce que je pouvais donner !

C’est là que mes amis Anes et Chemsou m’ont convaincu pour faire de l’humour, j’ai donc fait quelques vidéos avec eux,  ensuite quelques-unes en solo. Cependant, je ne voulais pas être connu comme podcasteur et c’est pour cela que ma chaîne Youtube n’est pas entretenue.

mg anes dz

3 – Guerouabi c’est un nom qui nous est familier, est-ce que c’est la bonne relation ?

Effectivement, je suis le fils d’El-Hachemi Guerouabi  (Alah yerahmou ), mais je ne  le dis que rarement  car je ne voulais pas faire de son grand nom mon propre succès , je veux que les gens connaissent et aiment Merouane pour ce qu’il peut donner  .

papa

4–  Vous êtes  donc né dans une famille qui vous aurait beaucoup  plus destinée  à être musicien , pourquoi avoir choisi  le cinéma ?

Ce n’est pas par choix mais plutôt par amour que j’ai viré vers le cinéma, et avec toute modestie je vois en moi les qualités d’un acteur pas d’un musicien ou d’un  chanteur, d’ailleurs il m’est impossible de faire cela vu ma voix .

5-  Parlons du cinéma,  passons  à votre série  Bent Walad Dz ! c’est votre première expérience dans le monde du cinéma est-ce bien cela ?  

Non , ce n’est pas ma première expérience, j’ai déjà eu des petits  rôles dans une série comédienne  « Mc Didine  » et dans «  Nour El-Fedjr » mais disons que ça n’a pas mit en valeur mes capacités, jusqu’au rôle de Bibiche dans Bent Walad Dz, qui grâce à Dieu  j’ai pu montrer ce que je peux faire en tant qu’acteur .

Bent walad

 

6- Comment avez-vous été choisi ?

Ce qu’il faut savoir c’est que la série est une coproduction Algéro-Tunisienne «  NOT FOUND PRODUCT » ; ils ont donc choisi un nombre d’acteurs et d’actrices afin de passer le casting pour  le rôle de Bent et pour le rôle de Walad ; pour Bent, Souhila Maalem était acquise alors qu’avec Walad ils n’arrivaient pas à trouver la bonne personne qui allait avec Souhila et serait en mesure de donner l’image du couple voulue.

C’est là que Souhila Maalem et Rym Ghazali ainsi que le producteur m’ont proposé, et dès qu’on a fait l’épisode 0 (épisode test) c’était bon et  j’étais acquis .

7- Comment s’est passait  le travail avec l’équipe ?

Là vient le vrai travail, nous avons d’abord travaillé sur le texte 2 mois avant le début du tournage, on se voyait tous les jours de 8h à 17h  moi, Souhila et le scénariste  Aissa Cheriet à l’hotel Hilton pour travailler le texte, et chacun de nous a mis du sien, de ma part beaucoup plus pour les gags algériens, nous nous sommes rendu ensuite en Tunisie pour le tournage, et c’est là où nous avons été très bien pris en charge, nous avons fini les 30 épisodes au bout de 18 jours, d’une moyenne de 17 séquences par jour , et ce grâce à l’équipe professionnelle qui nous cadrait et aussi parce que nous avons très bien apprit le texte et nous avons donné de notre mieux pour faire un bon travail .

Je remercie par l’occasion :

Le producteur «  Aymen Jouadi » , le Réalisateur « Sami Faghoul » , le scénariste «  Aissa Cheriet » et le directeur de la boite « Imad »

8- Nous avons très bien remarqué la complicité entre vous et Souhila Maalem , est-ce le cas dans la vraie vie ou cela révèlerait-il vos talents de bons acteurs ?

Je connaissais Souhila bien avant la série,  elle est immense à mes yeux , immense dans son jeu sur scène, c’est une fille très talentueuse  avec qui j’ai beaucoup  appris,  je dirai que notre préparation qui a durée 2 mois  nous a beaucoup aidé à mieux nous entendre pendant le tournage, de plus, nous partageons la même énergie  et l’ambition ce qui nous a facilité la communication. Notre but était de monter qu’un jeune couple marié pouvait très bien vivre et surpasser les conflits sans avoir à passer par la violence . 

bent walad 

 

 

9- Y’en a qui disent que votre show n’est d’autre qu’un copié-collé , qu’en pensez-vous ?

Je respecte cet avis, mais laissez-moi vous dire  que c’est seulement l’idée qui n’est pas la notre et que je qualifierai d’adaptation plutôt que de copiage, car tout le texte est le notre, les gags et les vannes sont algériens, vous serez d’accord avec moi que l’ humour algérien n’est pas comme l’humour tunisien ou français par exemple, notre travail n’était pas facile, nous avons donné de notre mieux afin que ça vous plaise.

Il ne serait donc pas raisonnable de ma part de refuser un travail sous le prétexte que c’est du copié-collé, quand on me propose un bon travail je dis oui,  d’ailleurs je les remercie d’avoir cru en moi et en mes capacités,  encore une fois j’espère que les téléspectateurs ont aimé le travail .

10- Comment jugez-vous ce travail personnellement ?

Personnellement je suis très satisfait du travail que nous avions fait et j’espère que les téléspectateurs apprécient autant.

11– Comptez-vous continuer dans le monde du cinéma ? quels sont vos projets pour l’avenir ?

Le cinéma ! je suis amoureux de ça, je donnerai tout ce que j’ai comme énergie rien que pour réussir,  seulement il faut d’abord que les producteurs croient en nous et en la jeunesse algérienne, je n’ai peut être pas eu cette chance qu’avec cette série mais d’autres talents resteront sous l’ombre si on ne nous ouvre pas les portes !

Des projets, il y’en aura si Dieu le voudra, suivez-moi et encouragez-moi.. ! le mieux reste à venir .

MGDZ nous vous souhaitons beaucoup de courage pour la suite et une très bonne continuation en espérant vous voir bientôt à la télévision.

 

Interview réalisé par : Nouha L.

2 Comments

  1. Bravo Merouane ,beaucoup de talent ,et de spontanéité .
    Je me suis dit enfin ,quelques chose qui nous change de la médiocrité ,quelque chose qui nous change des acteurs et actrices ,édentés ,sans culture ….des décors bas de gamme sans goût ,il ne faut pas oublier que la télé ,est l’image du pays .enfin Chapeau Merouane ,et bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *