Talents

~Mahieddine Fatima-Zohra : une vie dans des dessins.

The devils dream

Mahieddine Fatima-Zohra [Zola], 23 ans, est née dans une famille qui aime l’art de toutes ses formes et ses couleurs. Je vous laisse sans plus attendre la découvrir à travers cette interview :

  • Parlez-nous un peu plus de vous.

j’ai fait des études en pharmacie, pendant cette période, j’ai rejoint des associations scientifiques et culturelles ce qui m’a permis d’animer un atelier de dessin et de participer à plusieurs activités scientifiques. J’ai obtenu mon diplôme après six ans d’études en mois d’août 2014 pour me libérer enfin pour mes activités artistiques.
pot fleurs
 
  • A quel âge avez-vous commencé à pratiquer votre passion et comment étaient vos débuts ?

À l’âge de 10 ans, j’ai commencé comme tous les autres enfants à découvrir la bande dessinée et les dessins animés, qui ont nourrit mon imagination et m’ont poussée à prendre un crayon et une feuille, et dessiner du mieux que je pouvais. En s’apercevant de ma passion mes parents ont contacté un prof d’origine perse qui m’a enseigné les bases du dessin, en allant de l’anatomie du corps humain à la clef de la maîtrise des perspectives, et en m’apprenant à utiliser un seul crayon pour avoir plusieurs nuances du gris, et en m’apprenant aussi  à utiliser mon pinceau pour créer de nouvelles couleurs. Au bout de quelques temps je faisais déjà des portraits au crayon et au fusain, et des paysages et tableaux à la peinture gouache. Mais j’ai décidé d’arrêter mon apprentissage avec mon prof puisque c’était la bande dessinée et surtout les mangas qui me motivaient et me poussaient à donner le meilleur de moi-même.

noir et blanc dessin

  • Vous-êtes vous inspirée de certains artistes avant de débuter votre pratique ?

Comme les fans des héros, des comiques américains ( superman et spiderman) ou les fans de la bande dessinée franco-belge, moi j’étais une grande fan de la BD japonaise ! J’idéalisais et j’étais une grande idole des héros du manga en allant même jusqu’à tomber amoureuse de certains personnages quand je n’étais qu’une adolescente. Les premiers mangas qui m’ont vraiment marquée étaient : Les Chevaliers du zodiaque, Dragonball, Nicky larson, et Ramna 1/2. Puis les nouveaux mangas qui m’ont beaucoup inspirée : Bleach, Naruto, Death note, One peace, ect. Moi qui étais autodidacte à l’âge de 15 ans, je me sentais obligée de reproduire les différents styles et techniques de dessin de ces artistes afin de résoudre le mystère du manga et de découvrir éventuellement mon propre style. Je me documentais aussi autant que je pouvais pour connaître les origines du 9ème art et je lisais tout ce qui me tombais sous la main, ce qui m’a permis maintenant de créer le scénario de mon propre manga et laisser l’empreinte de mon propre style.

tawra algerie

  • Faites-vous de votre passion une carrière ou un job quotidien ?

Dans ma vie je donne beaucoup d’importance à ma spécialité : la pharmacie. Un métier noble que j’ai toujours voulu exercer et en faire une carrière, en faisant le serrement de consacrer mon savoir au service des gens qui ont besoin de mon aide. Faire des mangas une activité aussi importante mais je ne le fais que pour la passion, sans l’intention d’en faire un job quotidien, mais juste pour voir la lueur dans les yeux des adolescents qui peuvent maintenant lire des mangas produits dans leurs propres pays.

bd

 

  • Vous avez écrit un manga, de quoi parle t- il au juste et pourquoi ‘The Devil’s Dream’ ?

<<The Devil’s Dream>> est l’histoire du jeune Rey qui se sauve de son orphelinat et qui se trouve, une fois dehors, incapable de faire face aux difficultés de la vie. Démuni, seul et n’ayant nulle part où aller, il entame sa route vers l’inconnu, il suit son chemin, perdu dans ses pensées… En voulant esquiver une voiture, il tombe dans Oued El-Harrach et rencontre le démon Ouaretch, qui prétend vouloir l’aider et qui lui offre des pouvoirs surnaturels lui permettant de réaliser son rêve de devenir un grand musicien comme son idole tant admirée Stevie Rey Vaughane. Mais comme on n’a rien pour rien, cela va être pour le jeune garçon qui ignorait les vraies intentions du démon, le début d’une aventure où il devra affronter Ouaretch afin de préserver son âme et reconquérir sa liberté… 

J’ai choisis « The Devil’s Dream » comme titre pour ma BD puisque j’ai trouvé qu’il stimule la curiosité du lecteur, et que les gens se demanderont que pourrait bien être le rêve d’un diable ?!!

couvertue the devils dream

 

  • Que comptez-vous faire plus tard dans ce domaine ?

Je compte continuer cette série « The Devil’s Dream » et sortir les 3 volumes qui restent. Je suis en train de travailler sur le deuxième tome qui sortira bientôt pour satisfaire les attentes de mes lecteurs.

  • Quel conseil donneriez-vous à nos jeunes talents amateurs qui se lancent comme vous ?

Je leur dit tout simplement entraînez vous tout le temps, dessinez tout ce qui bouge et tout ce qui ne bouge pas, ne vous contentez pas juste du manga, un véritable artiste est celui qui est capable de tout apprendre et de s’ouvrir aux autres styles et outils du dessin. Et enfin ayez de la patience, de la persévérance et une grande force d’achever vos rêves, un projet commence toujours par une simple petite idée mais avec le travail  il se développe pour devenir réalité, et surtout n’abandonnez jamais, si on abandonne nos rêves on perd le sens de notre vie.

manga

 

  • Un dernier mot ?

Je ferai de mon mieux pour participer à l’amélioration et le développement du manga en Algérie, qui, espérons deviendra un outil pour faire connaître la culture et les croyances en Algérie dans les autres pays, et qui pourquoi pas deviendra un moyen pour faire passer des messages ou apprendre certaines leçons aux jeunes de la nouvelle génération, de la façon qu’ils comprennent et aiment le plus.

#Suivez-la & visitez la page Facebook de son manga The Devil’s Dream.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *