Études, Langue Française

Les pièges de la langue: le participe passé

Parmi les erreurs les plus fréquentes qu’on peut croiser en lisant certains écrits sur le net, notamment sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, on retrouve l’accord du participe passé.

Le participe passé est la forme conjuguée d’un verbe donné, il s’accorde de différentes manières, employé généralement pour exprimer une action passée, conjuguée au passé composéplus-que-parfait, passé antérieurfutur antérieur de l’indicatif mais aussi dans les temps conditionnel passépassé du subjonctif et plus-que-parfait du subjonctif.

Pour former le participe passé, on rajoute une terminaison au radical du verbe à l’infinitif.

Les formes du  participe passé du verbe manger par exemple sont : mangé, mangés, mangée et mangées.

Ici , MANG est le radical du verbe manger (à l’infinitif)

Exemples :

Les bananes que j’ai achetées son toutes pourries.

Le participe passé s’accorde avec un auxiliaire, (être ou avoir) et sans auxiliaire.

    1.       L’accord du participe passé sans auxiliaire :

      Utilisé sans auxiliaire, il s’accorde en genre et en nombre avec son groupe nominal.

      Exemple : La loi appliquée la dernière fois, n’est plus valide. Loi est un nom féminin singulier, donc il doit prendre la terminaison qui s’y réfère.

      2.     L’accord du participe passé avec l’auxiliaire être :

      Utilisé avec l’auxiliaire être, il  s’accorde en genre et en nombre avec son sujet :

      Exemple :   Ces chaînes de télévision sont toutes cryptées.

      3.    L’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir :

      Avec l’auxiliaire avoir, le participe passé s’accorde en genre et en nombre avec le C.O.D,  seulement si ce dernier est placé avant le verbe.

      Exemple :   Mon frère m’a prêté sa moto ; on me l’a volée hier soir.  L’article défini « l » qui un complément d’objet direct (C.O.D.)  puisqu’il renvoie directement à l’objet moto, est placé avant le verbe. Ce cas nous oblige à accorder le participe passé.

      Il est de même pour la conjonction QUE, qu’il soit pronom relatif ou subordonnée complétive, il s’accorde en genre et en nombre.

      Exemple :

      –          La chemise que tu as déchirée a été cousue.

      Le participe passé est invariable lorsqu’il se place entre QUE et QUI !

      Le participe passé est toujours invariable lorsqu’il est précédé de « que » et suivi du pronom relatif « qui« . Dans cette construction, l’objet direct est la proposition relative complète avec son sujet, auquel renvoie « qui ».

      Exemple :

      Ce sont les leçons que j’ai lu qui seront données au BAC, j’en suis certain!

      *************

      Citation de la semaine:

          »  C’est à l’audace de leurs fautes de grammaire que l’on reconnaît les grands écrivains »

      Henry De Montherlant

      Partager nos savoirs pour mieux aider –

Article rédigé par Massinissa Ait Idir