Actu

Le service national réduit à 12 mois.

De 18 mois, la durée du service national va passer à 12 mois. L’Algérie est en train de se lancer vers une révolution au sein de l’armée, une révolution qui devrait mener cette dernière vers une véritable armée de métier.

La nouvelle est sortie ce mercredi, de la bouche du Général-Major Mohamed Benbicha, alors qu’il était en déplacement à Médéa. Il s’agit là d’une nouvelle qui devrait apporter une certaine joie, pour ne pas dire un certain soulagement pour des milliers de jeunes soumis, chaque année, aux formalités de recensement pour se retrouver « sous les drapeaux ». Mohamed Benbicha a d’ailleurs pensé à ces derniers, affirmant que les autorités tentaient toutes les options en vue d’offrir de meilleures conditions aux jeunes lorsqu’ils passent ce qu’il a toujours été convenu d’appeler le service national. Autre nouveauté en vue, l’augmentation de la pension accordée aux jeunes. Cette dernière s’élève actuellement à 3000 DA, un montant qui est qualifié de complètement dérisoire compte tenu du niveau de vie de la population algérienne. A noter cependant que, jusqu’à preuve du contraire, la durée du service national reste encore et toujours à 18 mois mais devrait passer à 12 mois dès l’achèvement des procédures législatives. Il reste qu’il s’agit toujours d’une bonne nouvelle mais aussi et surtout d’une heureuse initiative qui tend à être saluée par de nombreux jeunes ici même en Algérie ou sein de l’émigration, lesquels ont toujours manifesté une certaine appréhension quant au fait d’effectuer ce fameux « service ». Pour beaucoup, il s’agirait d’un pas supplémentaire vers une certaine professionnalisation de l’armée. Certains rêveraient même d’un service national facultatif, voire de l’instauration d’un service civil. De nombreux jeunes ne comprennent pas pourquoi ils continuent d’être appelés alors que, théoriquement, l’Algérie n’est pas en guerre quelconque. D’autres estiment que l’armée doit être réservée uniquement à ceux qui souhaitent faire toute une carrière. D’autant que les conditions du service national, selon de nombreux témoignages rapportés par différents confrères depuis de nombreuses années, sont parfois exécrables, surtout pour les jeunes issus de l’émigration qui ont choisi de passer leur service national au pays. La route vers une véritable armée de métier est tracée, d’autant qu’auparavant, le service national était étalé sur 24 mois mais aussi et surtout avec l’attribution quasi-automatique de la carte militaire pour tous les jeunes âgés de 30 ans et plus. Et ceci, depuis que Abdelaziz Bouteflika, chef de l’Etat, chef suprême des armées mais aussi et surtout, dans ce cas précis, ministre de la Défense Nationale, est aux affaires. L’Armée Nationale Populaire est donc en train de faire sa révolution. Les terribles conditions du service national, si souvent évoquées depuis de nombreuses années, risquent de n’être qu’un lointain souvenir. Reste que, selon de nombreux spécialistes, l’armée algérienne a besoin encore et toujours d’être réformée afin de garder cette image de gardienne et de garante de nos institutions, une armée républicaine en somme. Il était temps, quelques cinquante-et-un ans après l’indépendance. L’ANP avait besoin d’une certaine visibilité. Certes, sur le plan régional, elle n’en constitue pas moins un puissant édifice, pour ne pas dire l’édifice le plus puissant de tout le Maghreb. Mais l’image qu’elle avait était telle que beaucoup de nos jeunes préféraient l’exil à tout prix plutôt que de se mettre sous les drapeaux. Avec un service national qui, dans les prochains mois, devrait passer à une année, gageons que l’ANP y gagnera surtout en efficacité et que son image en ressortira renforcée. Toujours est-il que l’annonce faite ce mercredi à Médéa par le premier responsable du service national au ministère de la Défense Nationale n’en constitue pas moins un véritable cadeau de fin d’année.

Source: Ici