Actu

Lafarge-Algérie lance son laboratoire de recherche

Annoncé il y a quelques mois, le laboratoire de recherche en matériaux de construction de Lafarge-Algérie sera ouvert officiellement le 18 novembre.

C’est ce que nous avons appris auprès du premier responsable de l’entreprise, Luc Callebat. Ce laboratoire, pour lequel Lafarge a investi 200 millions d’euros, est le quatrième du genre que lance le groupe après ceux de Lyon (France), de Chine et d’Inde. Le choix d’installer un tel centre en Algérie s’explique, selon le directeur général de Lafarge-Algérie, par l’importance du marché algérien et la dynamique économique que connaît le pays à travers les différents chantiers, notamment dans le secteur de l’habitat où les attentes en matière de solutions pour les systèmes de construction sont importantes. «Ouvrir ce laboratoire s’inscrit dans l’objectif de renforcer notre présence en Algérie. Il s’agit de  produire plus, de déployer des gammes de produits qui facilitent le partage que ce soit à l’échelle nationale ou internationale», dira à ce sujet M. Callebat.

Et de poursuivre : «Le marché algérien a plusieurs caractéristiques et a un potentiel de croissance important. C’est un pays qui se caractérise par une dynamique de construction importante et des besoins en augmentation en termes de qualité, de délais et de coûts. Il y a une exigence qui demande qu’on y réponde avec un effort d’innovation.» Comment ? En misant sur l’innovation, la recherche et en impliquant l’ensemble des partenaires du secteur. Pour Lafarge-Algérie, ce laboratoire de recherche constitue la plateforme idéale de recherche et de rapprochement entre les savoir-faire développés pour mettre à la disposition des organismes du secteur des solutions efficaces. Aussi, l’ouverture de ce laboratoire, qui travaillera en étroite collaboration avec celui de Lyon, donnera, selon le directeur général de Lafarge-Algérie, un contenu plus clair au partenariat avec l’université algérienne.

C’est par ailleurs une manière pour le groupe de contribuer à construire de meilleures villes en Algérie avec les projets lancés dans ce cadre en axant sur les concepts écologique, esthétique et d’efficacité énergétique. «On veut se positionner comme un partenaire de la construction», a indiqué Luc Callebat, qui a mis en exergue les performances enregistrées jusque-là en Algérie avec 24 milliards de dinars d’investissement en six ans et une prévision de production de 8 millions de tonnes de ciment cette année. Et ce, en attendant la finalisation des autres projets du groupe en Algérie à l’image de la cimenterie de Biskra où les travaux ont déjà commencé, selon la même source.

Source : elwatan