Talents

Ismahane Tabet Aoul, la perfection devant un objectif.

IsmahaneTabetAoul

 

 

Ismahane Tabet Aoul est une jeune photographe oranaise. Entre modernité et tradition, ses photos nous inspirent la beauté, la délicatesse, la finesse et la joie de vivre. Découvrons ce talent de la photo mode en quelques questions :
 
  • Bonjour Ismahane, c’est un plaisir de vous interviewer, parlez-nous un peu de vous et de votre parcours ?

Je suis une jeune oranaise, originaire de Tlemcen. J’ai grandi au sein d’une famille modeste. J’ai eu un parcours scolaire normal, et je suis anesthésiste de formation.

Depuis toute jeune, je suis une passionnée d’art et j’ai eu la chance d’intégrer l’école des beaux arts de la ville d’Oran, en me  spécialisant dans l’art plastique.  Ce fut un rêve devenu réalité !

  • Pourquoi la photographie ?

Écoutez ! Après l’art plastique, j’ai eu le coup de foudre pour la photographie, beaucoup plus tard. Une fois je suis entrée sur un site internet de photographie en ligne, et là, je n’arrêtais pas d’admirer la beauté des photos qu’il y avait ; je me suis posé la question : « pourquoi pas moi ? »

  • Que ressentez-vous en prenant des photos ?

Ma réponse serait probablement semblable à celle de tout autre photographe. On se sent libre, on a la possibilité d’exprimer  ses sentiments et sa vision à travers ses photos. Derrière l’objectif il n’ y a plus de limites.

 

Articles DzGen2

  • En regardant vos photos, on s’aperçoit que vous portez beaucoup d’attention à vos modèles, sur quels critères les choisissez-vous ?

J’adore mes modèles, ce sont mes poupées, j’essaye d’en prendre soin du mieux que je peux. Je les traite avec autant d’amour que mes poupées quand j’étais enfant.

Quand j’ai commencé à faire de la photographie, je touchais à tous les styles, mais j’ai découvert par la suite que j’étais plus attirée par les portraits, les regards et les expressions des gens me fascinent.

Aujourd’hui, je fais dans la photo mode/portrait, et de ce fait, le choix de mes modèles est devenu beaucoup plus complexe, le regard et l’expression ne suffisent plus, je cherche toujours la perfection ; une taille parfaite, une silhouette de rêves, le physique parfait… chose qui n’est pas facile à trouver tout le temps.

  • Avez-vous déjà tenu des expositions ? 

Oui, j’en ai fait pas mal, surtout en art plastique chaque année, et ce, jusqu’en 2012 à Oran, Alger, Tlemcen et Maghnia.

Pour ce qui est des expos photo, j’en ai fait deux, la première à Alger, à l’occasion de la photographie insolite en 2012, et une autre plus personnelle, la même année à Oran.

  • Laquelle vous tient le plus à cœur ?

Celle de Maghnia en 2010, une exposition personnelle d’art plastique, je n’oublierai jamais ce jour là ! J’ai eu un accueil formidable, les gens étaient chaleureux, je ne m’attendais pas à autant de succès dans cette petite ville. Ce fut magique.

  • Entre la photo et les arts plastiques, votre cœur balance, mais que préférez-vous ?

J’aime les deux, c’est juste qu’il y’a longtemps que je n’ai pas touché à la peinture. Mais j’aime autant peindre que prendre des photos.

  • Quels sont vos plans pour le futur proche ? Un nouveau shooting j’espère ?

Si tout marche selon mes plans, il y’aura une grande exposition photo en 2015 Incha’Allah, mais je n’en dirai pas plus, ce sera ma surprise. Sinon pour les shooting j’adore ça, j’essaye d’en faire le plus possible, je suis constamment à la recherche de modèles parfaits … (rires).

  • Quels sont les conseils que vous donneriez aux jeunes artistes ?

Aimez ce que vous faites, croyez en vos rêves, et dites-vous toujours que la réussite est à la portée de la main, on a tous le même cerveau …(rires). La seule chose que je peux vous dire c’est « quand on veut on peut ! »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *