Santé

Boulimie : Quand manger devient la fuite de la réalité.

 

Parmi nous, qui est celle qui n’a jamais avalé une tablette de chocolat pour évaporer un chagrin , ou s’est effondrée devant un film avec un paquet de chips ; qui n’a jamais été de passage devant une pâtisserie et s’est prise des gâteaux délicieux, qui n’a jamais ouvert le frigo pour calmer le stress ? . On est nombreuses ! Ceci ne dit pas que vous êtes boulimiques.  Sauf si, après vous être goinfrées, vous vous forcez à vomir, de quoi parle- t-on exactement ?

Description de la situation :

 

Malheureusement, Cette situation touche beaucoup d’hommes et de femmes mais bien plus de femmes, contrairement à ce qu’on peut croire, une boulimique n’est pas forcément en surpoids. Certaines sont même en sous-poids. Même les anorexiques ont une chance sur deux de tomber de l’autre côté, dans la boulimie. Tout commence en général avec une bonne résolution : un régime. La fille fait des efforts, se prive, craque, culpabilise et se fait vomir, ou va jusqu’à prendre des laxatifs. Elle se sent honteuse, se jette sur la nourriture…et le cercle vicieux est amorcé !

 

Entre boulimie et gourmandise, nous pouvons exprimer une grande différence. Quand on est boulimique, on ne prend pas de plaisir à ingurgiter toute cette nourriture. Après avoir « fait le plein », on ressent un sentiment de culpabilité et de honte énorme. Ce sentiment est tellement fort, que la personne se fait vomir. La boulimie entraîne des amaigrissements, des douleurs au ventre, et à la gorge, l’irritabilité, la déshydratation, la fatigue, vertiges, dents, ongles et cheveux abîmés, peau sèche. Il faut savoir que la boulimie est un trouble psychologique qui proviendrait d’un sentiment d’être mal aimé, ou encore rejeté. Une personne boulimique ne mâche presque pas sa nourriture, c’est vraiment pour se gaver. MAIS, pour ensuite SE FAIRE VOMIR. La boulimie n’entraîne pas l’obésité, mais plutôt une perte de poids due aux vomissements bien évidemment.

 

Solutions pour s’en débarrasser :

Essayez de penser à vos envies de nourriture, vous vous rendez bien compte qu’elles ont l’air de naître de façon incontrôlable. Même si vous faites des efforts pour maîtriser votre boulimie, il vous est impossible de contrôler vos pulsions, et c’est tout à fait logique ! Car ce phénomène prend naissance au plus profond de votre cerveau, dans la région des émotions – le système limbique – et que votre cerveau raisonnable, censé tempérer vos émotions – le cortex préfrontal – ne peut plus jouer son rôle. Le système limbique bloque l’impression de satiété envoyée par votre corps qui, par conséquent, a toujours faim. Vous êtes déconnecté(e)s de la réalité.

 

Le seul moyen de changer les choses est d’enrayer l’émotion intruse qui provoque le processus de boulimie dans le cerveau. Et ce ne sont pas les explications ou l’argumentation qui vont le permettre.