Langue Française

« Avoir à faire  » ou « Avoir affaire « 

avoir à faire ou avoir affaire

On peut parfois hésiter entre les expressions avoir affaire et avoir à faire. Outre la prononciation identique, la parenté d’origine y est peut-être aussi pour quelque chose. En effet, l’origine du nom affaire est à faire, c’est-à-dire « ce qui est à faire ». Bien que les deux graphies aient longtemps été possibles, la graphie avoir affaire est maintenant celle qui prévaut. Notons que le nom affaire y est au singulier.

Le sens de cette expression est « se trouver en présence de quelqu’un, en rapport avec quelqu’un ». Elle peut, dans certains contextes, impliquer une menace, un rapport de force. C’est habituellement la préposition à qui introduit le complément qui suit, généralement une personne. L’emploi de la préposition avec est moins courant. Celui de la préposition de (avoir affaire de) est littéraire et l’expression a alors un sens différent, celui d’« avoir besoin de ».

 

Exemples :

 

– Dans ce métier, tu auras affaire à toutes sortes de personnes.

– J’ai eu affaire à un homme de principes.

– Ce n’est pas souvent qu’on a affaire à un connaisseur.

– S’il continue, il aura affaire à moi.

– Il a encore une fois eu affaire avec la justice.

– Qu’ai-je affaire (ou à faire) de ses cadeaux et de ses flatteries?

 

 

Par ailleurs, suivi d’un complément direct, l’expression avoir à faire signifie « devoir s’acquitter d’une obligation ». On l’emploie aussi dans ce sens sans que le complément soit exprimé.

 

Exemples :

 

– Malgré sa situation particulière, il a à faire son travail comme tout le monde.

– Ne m’attends pas, j’ai beaucoup à faire avant de quitter le bureau.

Article source 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *