Talents

ANDAZ UZZAL : les guerriers du métal berbère

ANDAZ UZZAL_DZ-Gen

ANDAZ UZZAL, un groupe de folk métal berbère qui est très influencé par les musiques et les mélodies médiévales, celtiques et traditionnelles. Leurs textes reflètent les purs et vrais messages de leurs sons, allant de la guerre à la paix, de la décennie noire algérienne à l’évolution de l’être humain, de la culture berbère à la société d’aujourd’hui, de la pauvreté à l’injustice qui règne dans ce monde et de l’esprit humain à ce monde apocalyptique. Leur début, leurs réalisations et leurs projets, choses que vous allez découvrir à travers cette interview :

Comment votre passion a-t-elle commencé ?

« Chaque membre du groupe a son propre vécu, on est tous musiciens depuis le plus jeune âge, la musique a toujours était le seul remède, le seul moyen de nous exprimer librement avec nos paroles et nos sons. On est passé par beaucoup de styles tout en gardant la Rock ‘n’ Roll attitude, jusqu’à ce qu’on se qu’on suive la voie du Folk métal, qui est justement, l’identité de Andaz Uzzal. Le projet a vu le jour en 2007, crée et porté par Ryad Chehrit (chant / guitare / claviers). S0n but était d’aller jusqu’au bout des choses, voulant aller très loin dans sa façon de concevoir sa musique. Cela passe par une vraie volonté de partager la culture berbère et ses traditions et d’apporter une autre touche originale à la chanson berbère, aux cotés de Robin Leeway (guitare / choeurs), Younes Hadjem (chant / basse) et sylvain Talhouarn à la batterie. »

Quelles sont vos réalisations ?

« Pour le moment, on a beaucoup de titres sur le net, (cite quelles plate formes) et un clip vidéo intitulé  »La main du magicien ». Autrement, il existe une maquette qui a été enregistrée en 2008 par Ryad Chehrit, fondateur du groupe, avec beaucoup d’influences heavy metal et aussi de musiques traditionnelles et médiévales. Après notre arrivée (YOUNES/ROBIN/SYLVAIN) on s’est mis à fond dans le projet. Un autre clip verra le jour dans quelques semaines et là on arrive à la phase finale de notre premier album  » ASS ANEGARU  » (l’apocalypse) qui comportera 11 titres . La sortie est pour bientôt. »

Quels sont vos projets ?

« Finir notre album et le partager avec notre publique, le promouvoir comme il le faut dans beaucoup d’endroits notamment en Algérie. On travaille aussi sur un petit reportage réalisé par Malika Manseur (membre administratif de Andaz Uzzal). Et bien sûr, on travaille sur d’autres clips, et après tout ça on réattaque les enregistrements au studio, chacun de nous a déjà commencé à mettre des idées de coté pour réaliser un deuxième album dans les mois à venir. »

Quels conseils donneriez-vous aux autres groupes amateurs ?

« Ecoutez chaque instrument, chaque membre du groupe a son rôle à jouer, mais c’est seulement en s’écoutant que l’on joue réellement ensemble, si chacun joue dans son coin, ça ne pourra pas sonner, même si chacun joue sa partie correctement. Une fois que l’on sait s’écouter et s’accompagner, la machine est en route et le bonheur commence. Quelques phrases qu’on se dit souvent : l’important n’est pas de faire le plus de notes possibles mais de faire les bonnes au bon moment. Le mieux est l’ennemi du bien (parfois plus c’est simple et plus ça groove !). La musique, en plus d’être un moyen d’expression, elle reflète la sensibilité de celui qui la joue. Il faut donc croire en soi, ne pas essayer de ressembler aux autres, vivre son truc à fond, les possibilités sont infinies. Rien n’est jamais parfait mais si on y met du cœur, on touchera ceux qui nous écoutent, et le tour est joué.

Gérez votre groupe comme votre couple : on a tous des ambitions différentes, des influences différentes, chacun a un rôle de complémentarité à jouer. Alors faites comme les couples qui durent : dialoguez ! Bon courage. »

 ANDAZ UZZAL – La main du magicien