Littérature, Talents

Ahmed Hammadi, un talent sous l’ombre !

ahmad

Le talent, le don et  l’amour pour la rédaction, ce n’est pas donné à tout le monde ! Pourtant ce n’est pas ce qui manque aux jeunes Algériens, il y a ceux  à qui la chance a souri et qui ont pu s’épanouir dans leurs domaines,  mais pas tout à fait à d’autres.

A DZ-Gen, nous nous intéressons à tous les talent, cette fois nous avons eu le plaisir d’interviewer un jeune écrivain algérien Ahmed HAMMADI.

Ahmed HAMMADI, 30 ans, diplômé de l’école normale supérieur de Constantine (ENSC), spécialisé dans la langue anglaise, actuellement professeur d’Anglais à Mila.

Ahmad a toujours été passionné par les  romans étrangers,  c’est en 2007 qu’il a commencé la  narration et la rédaction des romans. Son premier livre  » Azifat El-Aâdab «  qui est une collection d’histoires coutres,  a été éditée et publié  en Égypte.

4

Pourquoi en Egypte ? Ahmed dit que c’est parce que les maisons d’éditions étaient méconnues en ce temps là, et qu’il pensait que l’édition de son livre serait meilleure en Égypte ou au Liban ; et c’était le cas. Son livre  « Azifat El-Aâdab » a figuré dans le salon internationale du livre à Dubai.

2

C’est après que ce jeune écrivain ait connu quelques maisons d’édition algériennes qu’il ait essayé de les contacter et de leurs envoyer un roman en arabe, mais malheureusement ils l’ont refusé sans raison particulière .

Tout ce qu’a été publié ici en Algérie c’est un article dans le journal  » El-Chaab » qui est le suivant :1

Ahmed, comme tout autre débutant, dit qu’il n’est pas très connu en Égypte, mais il avoue sa satisfaction envers son travail vu les commentaires et les encouragement qu’il reçoit de la part de ses lecteurs.

En plus de son premier livre, Ahmed a aussi écrit deux romans, un du genre social et un autre de genre fiction. Le dernier sera en langue anglaise pour tenter de le publier à l’étranger .

A la fin, Ahmed HAMMADI espère que les jeunes talents algériens pourront un jour avoir l’estime qu’ils méritent ici même en Algérie, et qu’ils n’auront pas à se diriger vers l’étranger pour pouvoir prouver leurs capacités.

 

Article rédigé par : Nouha LERARI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *